Quatre exemples inspirants de ludification

Même s’il n’a rien de nouveau, le concept de ludification continue à avoir la cote dans les bureaux. Voici quatre exemples inspirants mis en pratique par des entreprises de partout dans le monde.

La ludification, du terme anglais gamification, consiste à appliquer les principes et les techniques du jeu, par exemple le jeu vidéo, dans un contexte non ludique. Objectif? Inciter de façon amusante les utilisateurs à adopter un comportement souhaité.

Depuis une dizaine d’années, le milieu du travail se « ludifie ». En effet, de plus en plus d’entreprises utilisent la ludification pour améliorer leur processus de recrutement, d’intégration, de formation ou de perfectionnement des employés. Voici d’ailleurs quatre exemples particulièrement intéressants.

LinkedIn pour le recrutement collaboratif

Organiser un « Recruitathon », voilà le concept lancé par LinkedIn il y a quelques années. En 2014, le réseau social professionnel s’était associé avec l’entreprise indienne de commerce en ligne Flipkart pour créer un premier marathon de recrutement. L’objectif de l’événement était de pourvoir tous les postes vacants de l’entreprise en un temps record. Résultat? Plus de 200 candidats avaient alors été sélectionnés en moins de 5 heures. Le concept a été largement repris depuis.

 Deloitte pour l’intégration des nouveaux employés

Le cabinet d’audit et de conseil Deloitte facilite l’intégration de ses nouveaux employés grâce à la ludification. L’idée, telle que décrite dans la Harvard Business Review, est simple : les nouveaux venus forment des équipes en ligne et formulent des questions sur les procédures de l’entreprise auxquelles tous peuvent répondre. Cette approche encouragerait l’apprentissage collaboratif dès le premier jour, en plus de créer un fort sentiment d’appartenance.

Deloitte a également créé dans la foulée une visite virtuelle de ses bureaux en Asie qui se déroule comme un jeu vidéo. Les candidats peuvent d’abord choisir leur destination : Pékin, Shanghai ou Hong Kong. Ils « volent » ensuite vers leur ville de prédilection pour y visiter le bureau et se familiariser avec les lieux.

Marriott International pour le recrutement

En 2011, le groupe hôtelier américain Marriott International a créé le jeu en ligne My Marriott Hotel dans le but de recruter de nouveaux candidats, notamment en misant sur sa page Facebook.

À l’instar des jeux vidéo Farmville et Les Sims, les employés potentiels devaient gérer leur propre hôtel virtuel, de la conception d’un restaurant à l’achat des stocks, en passant par la formation du personnel et le service à la clientèle. Plus les clients virtuels étaient satisfaits, plus ils remportaient de points.

Nipon Telegraph and Telephone (NTT) pour le développement du leadership

La société NTT, une chef de file du marché japonais des télécommunications, a quant à elle déjà eu recours à la ludification pour cerner ses employés en poste qui ont le potentiel de devenir de bons leaders. Le jeu, intitulé Samurai, ciblait aussi les besoins de formation à l’interne chez ceux qui devaient améliorer cette qualité.

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#