Le métier de technicien en vérification fiscale

Comptable redoutable et communicateur hors pair, le technicien en vérification fiscale doit aussi connaître la loi et s’adapter continuellement pour prendre en charge des cas variés. Gros plan.

« C’est un métier taillé sur mesure pour les gens qui ont un esprit mathématique et qui ont soif de défis et d’apprendre continuellement de nouvelles choses », lance avec enthousiasme Louise Morissette, directrice Intelligence d’affaires pour Revenu Canada dans la région de Québec. Celle qui a exercé passionnément ce métier pendant 30 ans parle d’une profession aux contours très variés, dans laquelle « chaque cas est une nouvelle aventure ».

En effet, qu’il doive faire des vérifications fiscales chez un petit commerçant ou dans une grosse firme de relations publiques, le technicien en vérification fiscale doit s’efforcer de comprendre le milieu dans lequel il atterrit et se trouve ainsi propulsé constamment dans de nouveaux apprentissages. Sa journée typique inclut de la recherche, de rigoureuses préparations de questionnaires de vérification fiscale et des rencontres en personne avec les contribuables ou leurs comptables. C’est là que, en plus d’obtenir des réponses à toutes les questions qui s’imposent, le vérificateur procèdera à l’analyse des registres.

« Contrairement à la croyance populaire, ce n’est pas un métier dans lequel on est toujours mal reçus et porteurs de mauvaises nouvelles, note Louise Morissette. Nos vérifications sont faites lorsque certaines données des déclarations de revenus nous surprennent, par exemple une augmentation considérable de revenus en peu de temps. Il arrive souvent que ces données soient exactes et, régulièrement, nos vérifications sont faites en faveur des contribuables. Notre mission est de déterminer l’impôt exact exigible, même si cela comporte une diminution de l’impôt et entraîne un remboursement. »

Chez Revenu Canada, les vérificateurs fiscaux ont des profils variés, certains commençant leur carrière directement après leurs études en comptabilité, d’autres choisissant ce métier après quelques années de pratique privée en comptabilité. Ce qui est certain, c’est qu’il y a une forte demande. « On doit batailler ferme avec les firmes comptables pour attirer les meilleurs candidats, explique Louise Morissette. Il nous faut des candidats détenant un diplôme universitaire et admissible au titre de CPA, qui ont un bon sens de l’analyse comptable, un excellent sens critique, une bonne compréhension et connaissance de la loi et la capacité de comprendre toutes sortes de systèmes comptables. »

Les qualités de communicateur sont évidemment primordiales. Devant des contribuables de différents milieux, certains très insécurisés par le contexte d’une vérification fiscale, « il faut du tact et de la diplomatie, et il faut savoir mettre son interlocuteur à l’aise en lui montrant qu’on est là pour les bonnes raisons ». Ajoutez à cela une grande autonomie et une bonne gestion du temps, et vous êtes le parfait technicien en vérification fiscale! En fonction de votre niveau, votre salaire annuel oscillera entre 59 000 et 135 000 $.

Article relié: Les carrières en fiscalité

Articles récents par
Commentaires

Réseau d'emplois Jobs.ca

#